J'adore Bonnefoy. Il gagne à être connu. Dans un monde où la poésie s'écroule et devient une matière à barber les élèves de première. Certes, il est au progrmme de Terminale, mais bon il ne va pas tarder à mourir, il fallait trouver un moyen pour qu'on le lise. Donc exit les Rimbaud, Baudelaire, Hugo et Ronsard: Place à Yves, l'homme qui faisait des poèmes en rêves.

Souvent dans le silence d'un ravin
J'entends (ou je désire entendre je ne sais)
Un corps tomber parmi les branches. Longue et lente
Est cette chute aveugle; que nul cri
Ne vient jamais interrompre ou finir.

Je pense alors aux processions de lumière
Dans le pays sans naître ni mourir.

Yves Bonnefoy, Hier régnant désert

Merci d'exister.