19 septembre 2005

resplaf (et masacre de la langue française)

et maintenant mes entrailles recouvraient le solet mes tripes, ségnantes macullant la corolleDe mes accords desespérés de si voir solMineurs toujours, mineurs amoursTrash le bout de mon chemin Ainsi s'accorde ma chute monumentaleDes tours d'ivoirs j'ai cru voir l'océanDe lianes rouges de sang, bradissant de mains sales,Des petites filles dansant, folles, sur mon séan J'avais realisé une certaine solitudeJ'en avais un peu assez d'hurler les hymnes de l'amour pour les mirroires qui me les revoientQuel que soient leurs naturesC'est... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 18:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 septembre 2005

Variation sur Marilou

C'est un texte à savourer, car même si il a été fait par un chanteur, il s'agit bel et bien d'un texte poètique. On peut également penser que Gainsbourg s'est inspiré des poètes maudits pour rédiger cet écrit poètique. A lire de toute urgence! Dans son regard absentEt son iris absintheTandis que Marilou s'amuse à faire des volUtes de sèches au mentholEntre deux bulles de comic-stripTout en jouant avec le zipDe ses Levi'sJe lis le viceEt je pense à Caroll Lewis.Dans son regard absentEt son iris absintheTandis que Marilou... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2005

Aube

J'ai embrassé l'aube d'été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L'eau était morte. Les camps d'ombres ne quittaient pas la route du bois. J'ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit. La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom. Je ris au wasserfall blond qui s'échevela à travers les sapins: à la cime argentée je reconnus la déesse. Alors, je levai un à un les voiles. Dans l'allée, en... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 20:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 août 2005

L'homme à la tête de chou de Serge Gainsbourg! Un disque de légende

a lire imperativement TRANSIT A MARYLOU Vroom vroom me voici rose zincAvion fantôme hou houAéroplane vieux coucouDont l'altimètre se déglingueC'est à peine si je distingueLes balises du terrain oùJe me pose en casse-couJ'alanguis dans la nuit buccaleOù je vais transiter un coupSerai-je chez les cannibalesUne haleine de peppermintM'envahit le cockpit ding dingJe me sens vibrer la carlingueSe dresser mon manche à balouDans la tour de contrôle en boutDe piste une voix cunilingueMe fait "glou glouJe vous reçois cinq sur... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 août 2005

ELLE JOUAIT AVEC SA..........

Elle jouait avec sa chatte.Miaulante et riante comme une poissonnière,Elle échangait agile de ses pâtesDes pelotes de laine, humant bon la poussière. Je rigolais avec elle: Mon dieu pourvu qu'elle se fâche!Assomé d'érotisme,  le félin se l'arracheEt fait de moi un prisme dégageant mille couleurIncomprises des femmes, méconnues du bonheur. La route est longue vers la forêt.La rivière coule, certitude effraie.Mais détend aussi, jour de cru tout va donc mieux.Attention à ne pas tomber dans les chemins boueux; Elle jouait... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 01:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 juillet 2005

...

-Bonjour Monsieur-bonjour...-Comment allez vous?Il rit un temps...-Vous en avez d'autre des question comme ça?-Désolé..-Ce n'est rien-Monsieur, je suis psychiatre travaillant pour la prison et je suis sollicité ici parce qu'on pense que vous avez besoin d'une confession avant votre exécution..-Qui a donc décidé une pareil chose?!-Votre médecin traitant. Vous souffrez d'hallucination en ce moment d'après ce qu'on m'a dit-Oui c'est cela même! De très belles hallucinations!-Vous dormez mal ?-Non pas du tout. Je dors environ 11 heures par... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 21:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 juillet 2005

Prendre ta douleur- Camille

Léve toi c'est décidé laisse moi te remplacer je vais prendre ta douleurDoucement sans faire de bruit comme on réveille la pluie je vais prendre ta douleurElle lutte elle se débat mais ne résistera pas je vais bloquer l'ascenseur... saboter l'interrupteurMais c'est qui cette incrustée cet orage avant l'été sale chipie de petite soeur?Je vais tout lui confisquer ses fléchettes et son sifflet j'vais lui donnér la fessée... la virer de la récréMais c'est qui cette héritière qui se baigne qui se terre dans l'eau tiède de tes reins?J'vais... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 22:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 mai 2005

PROTEGE MOI C'est le malaise du momentL'épidémie qui s'étendLa fête est finie on descendLes pensées qui glacent la raisonPaupières baissées, visage grisSurgissent les fantômes de notre litOn ouvre le loquet de la grilleDu taudit qu'on appelle maisonProtect me from what I wantProtect me from what I wantProtect me from what I wantProtect meProtect meProtège-moi, protège-moi Sommes nous les jouets du destinSouviens toi des moments divinsPlanants, éclatés au matinEt maintenant nous sommes tout seulPerdus les rêves de s'aimerLe... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 19:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
08 mai 2005

Chronique de Dieu

Ya des jour comme ça On traverse une cour, une longue cour ou on n'a l'impression de surnager... comme ça... En fait, les jours comme ça, ou on reste à la surface, les yeux dehors et le corps dedans, on peut les appeler les passages à vide. On peut se demander pourquoi raconter des tonnes et des tonnes sur une simple absence cérébrale. C'est simplement vitale. Disserter c'est écrir, écrir c'est manger! Et le passage à vide donne faim. Et la faim justifie les moyens. En absence, je me sens flotter sur... [Lire la suite]
Posté par Jouet du destin à 20:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]